Statements

L'ALLOCUTION DE M. RAZVAN CIRICA, SECRETAIRE D'ETAT AU MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITE SOCIALE


  LA 90-eme SESSION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL
Genève, 3 - 20 juin 2002

Monsieur le président,

J'ai le grand honneur, au nom de la délégation roumaine, de vous féliciter pour votre élection à la présidence de la 90-eme session de la Conférence. Nous sommes persuadés que sous votre présidence les travaux de la Conférence seront un succès réel.

Monsieur le directeur général, mesdames et messieurs,

Permettez-moi d'abord de vous féliciter, monsieur le directeur général, pour le rapport détaillé présenté à la Conférence cette année, rapport qui offre une image ample sur le progrès réalisé afin d'implémenter les programmes de l'Organisation Internationale du Travail les deux dernières années, dans le contexte de l'évolution, de la modernisation et de la réaffirmation des idéaux de l'Organisation. Les quatre grands objectifs stratégiques que l'Organisation se propose, c' à savoire la promotion des normes, des principes et des droits fondamentaux au travail, la croissance des possibilités pour les femmes et les hommes d'obtenir un emploi et des revenus convenables, l'augmentation de l'efficiacité de la protection sociale, le renforcement du tripartisme et du dialogue social définissent en fait la vocation de l'Organisation Internationale du Travail au sujet du respect des droits de l'homme et de la justice sociale.

En ce contexte, je voudrais réaffirmer l'engagement du Gouvernement de la Roumanie de soutenir les efforts de l'OIT afin d'accomplir les quatre objectifs stratégiques et de promouvoir le travail décent. Il est évident que l'établissement des mécanismes qui conduisent à la diminution du déficit de travail décent doit représenter l'objectif clairs de chaque gouvernement. Ceux-ci doivent contribuer à assurer une protection sociale réelle, à trouver des solutions afin de réduire et d'éliminer l'économie informelle.

Le travail représente un facteur essentiel pour un développement durable. Les conditions de travail, la protection et la sécurité du travail sont des facteurs importants qui déterminent en fait la conduite même des travailleurs, influencent la vie de la société et tracent l'évolution de celle-ci dans son ensemble.

A partir de ces considérations, le Gouvernement de la Roumanie souhaite à travers la politique sociale promue que le travail redevienne une valeur sociale, ce qui signifie en fait l'assurance et la garantie d'un travail décent. La Roumanie a répondu positivement à la campagne lancée par le Bureau International du Travail en vue d'éliminer le travail des enfants en ratifiant la Convention no. 182/1999 sur les pires formes de travail des enfants. Le respect, la promotion et l'assurance de l'exercice des droits de l'enfant tels comme ils sont définis dans les documents internationaux ratifiés par la Roumanie, représentent une priorité nationale. Avec le support du BIT-IPEC, en vertu du Mémorandum d'Entente signé en 2000, se déroule le programme « Action nationale pour la prévention et l'élimination progressive du travail des enfants ». Le programme a contribué au renforcement de la capacité des agences gouvernementales et non gouvernementales en vue de prévenir l'extension du travail des enfants et à l'accroissement du grade de conscientisation de l'opinion publique sur ce phénomène.

Mesdames et messieurs,

Je me réjouis d'avoir l'occasion de saluer, de cette tribune, l'initiative prise par l'OIT de designer le jour de 12 juin, comme jour international de lutte contre le travail des enfants. Conscient du rôle qui lui revient afin d'assurer et de respecter les droits des enfants, le Gouvernement de la Roumanie signera, ces jours-ci, un nouveau Mémorandum d'Entente avec l'OIT, dans le domaine de l'élimination du travail des enfants.

Afin de réaliser les quatre objectifs stratégiques mentionnés, la Roumanie a ratifié toutes les conventions fondamentales de l'OIT, a ratifié la Charte Sociale Européenne révisée et a signé récemment le Code Européen de Sécurité Sociale. Egalement, on a initiée la procédure de ratification de la Convention de l'OIT no. 183/2000 concernant la protection de la maternité, qui a été déjà transmise au Parlement en vue de son adoption. Le processus entier a entraîné une ample reforme législative et institutionnelle, en vue de créer un cadre qui permette l'implémentation adéquate de ces standards internationaux.

Permettez-moi, mesdames et messieurs, de mettre en évidence brièvement quelques-uns des aspects les plus importants de ce processus.

L'élaboration d'un nouveau Code du Travail a représenté un ample processus de consultation tant avec les partenaires sociaux qu'avec des experts du BIT et de la Commission Européenne. La forme finale de cet important acte normatif, agréé par les partenaires sociaux, a été approuvée récemment par le Gouvernement et est en train d'être transmise au Parlement.

Le nouveau Code du Travail consacre, d'une manière unitaire les principes des standards internationaux du travail, en conférant aux relations de travail un caractère flexible et stimulateur.

Un autre pas important dans la réalisation du Programme de Gouvernement a été représenté par l'adoption, cette année, d'une nouvelle loi dans le domaine de l'emploi. Cette loi a comme objectifs principaux la croissance du taux d'emploi et implicitement, la diminution correspondante du chômage, un accent particulier étant mis sur les mesures actives. A cet effet sont utilisés les moyens qu'un système concurrentiel permet pour que les travailleurs deviennent une composante structurelle importante de la classe moyenne, en gardant les équilibres nécessaires à un grade d'emploi plus élevé. Le Gouvernement actuel souhaite réaliser, à travers la politique promue, une compétence réelle qui permette un développement en temps, durable et qui garantisse l'accès à un emploi, au logement, à l'assistance de santé et à l'éducation.

Un objectif prioritaire de la politique dans le domaine de l'emploi est représenté par l'élaboration du Plan National d'Action pour l'Emploi de la Main d'Oeuvre. Ce document, qui est en procédure d'aviser en vue d'être approuve par le Gouvernement, met en évidence les mesures que la Roumanie s'est proposée d'implémenter à court terme et à moyen terme afin de rendre efficient et flexible le marché du travail pour répondre rapidement aux changements économiques.

Toutes ces étapes de la réforme n'auraient pas pu être possibles sans l'Accord social signé par le Gouvernement avec les partenaires sociaux en 2001. A partir de celui-ci, dans cette année on a signé un nouvel Accord social, mai si pas avec toutes les confédérations syndicales représentatives au niveau national.

Le Gouvernement de la Roumanie considère le dialogue social comme le meilleur moyen de soutenance en partenariat des objectifs des politiques salariales, sociales, sectorielles, ainsi que ou développement des petites et moyennes entreprises.

Je vous remercie de votre attention.


Back to statements